Pas de discrimination à l’âge dans l’enseignement du ski

Pas de discrimination à l’âge dans l’enseignement du ski !

Ainsi en a décidé le 18 mars 2013 le Tribunal de grande instance (TGI) de Grenoble dans une affaire opposant le Syndicat des Moniteurs du ski français (SNMSF – 250 écoles, 17.000 moniteurs) à 20 moniteurs âgés de plus de 61 ans.
Depuis des décennies, les syndicats de la montagne, en l’occurrence celui des moniteurs de ski, organisent au sein des Ecoles du Ski, le plus souvent par station, l’enseignement tout en y ajoutant des règles en matière de clientèle.
L’une de ces règles, votée en 2007, a bouleversé les pratiques et sans aucun doute aussi les esprits ; dénommée « Pacte intergénérationnel », elle consiste à réduire l’activité des plus de 61 ans en dehors des périodes scolaires pour la transférer aux plus jeunes diplômés. Un moyen de mettre le pied à l’étrier des plus jeunes recrues mais son effet peut être pervers en période de saison creuse entraînant une baisse drastique d’activité pour les plus âgés, qui auraient particulièrement soufferts cet hiver en matière de revenus.
Elle a donc été jugé discriminatoire par le TGI de Grenoble d’autant plus, selon le tribunal, qu’aucun élément n’est venu étayer des raisons objectives à ce pacte intergénérationnel ; en effet, le tribunal a considéré que la mesure « n’apparaît ni justifiée par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination, ni nécessaire ni proportionnée à l’objectif visé ».
Cela signifie que parfois des mesures qui peuvent paraître discriminatoires ou entraînant des concurrences peuvent être tolérées si, par exemple, elles vont dans le sens de l’intérêt général. Ici, le tribunal a considéré qu’aucun élément ne justifiait donc cette discrimination.
Celui-ci a condamné le Syndicat à verser 500 € de dommages et intérêts à chacun des 20 plaignants soit 10.000 € au total et 2000 € au titre de l’article 700 (frais de procédure).

Gilles Chabert - ESF
Gilles Chabert, président du Syndicat des Moniteurs de Ski (Photo : DR)

Le 21 février 2013, le Tribunal d’Alberville avait déjà donné raison à 5 plaignants qui avaient attaqué sur les mêmes bases l’Ecole de Ski des Arcs 1800.

Le syndicat des moniteurs considère de son côté qu’il y a confusion entre les notions d’âge et celles d’ancienneté, des mesures liées à l’ancienneté n’étant pas, pour le syndicat, discriminatoires. Le syndicat qui avait pris attache auprès du « Défenseur des droits » (ex-Médiateur de la République), Dominique Baudis, (chargé de veiller au respect des droits et libertés et à la promotion de l’égalité – article 71.1 de la constitution) pour faire valider le texte du pacte intergénérationnel, entend faire appel de la décision.

Sondage : Gilles Chabert est-il un bon président ?

[polldaddy poll=6975062]

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *